Un peu d’humanité dans un monde de…

Entre le champ de courses de Vittel et les exploitations de la plaine des Vosges, un refuge. En orée de forêt de Darney, l’Ecurie-retraite Crins blancs accueille des chevaux qui ont atteint l’âge de se reposer, des ânes et des chevaux abandonnés, maltraités ou handicapés qui vont y passer enfin des jours heureux.

Chaleur, douceur, affection dans des box avec vue sur leur pâture et les collines ou, plus précisément, le talus de la faille de Relanges.

EcurieRetraiteCrinsBlancs

En ce week-end de « chassé-croisé », la France vient de battre le record historique et toutes catégories des abandons de chiens, de chats et autres animaux qui leur ont apporté joie et compagnie pendant des mois de confinement.

Le génie de la haie

« L’art de la marqueterie bocagère avait atteint ici un haut degré d’accomplissement. La pierre accueillait la mousse. La mousse arrondissait les angles et protégeait des sociétés de bêtes. Oh ! Comme il eût été salvateur d’opposer une « théorie politique du bocage » aux convulsions du monde. On se serait inspiré du génie de la haie… Elle séparait sans emmurer, délimitait sans opacifier, protégeait sans repousser...

L’air y passait, l’oiseau y nichait, le fruit y poussait. On pouvait la franchir, mais elle arrêtait le glissement de terrain.

A son ombre fleurissait la vie, dans ses entrelacs prospéraient des mondes, derrière sa dentelle se déployaient les parcelles. La méduse du récent globalisme absorbait les bocages. Ce remembrement du théâtre mondial annonçait des temps nouveaux. Ils seraient peut-être heureux mais n’en donnaient pas l’impression. « 

Sylvain Tesson, en marche sur « Les chemins noirs » à l’approche du Cotentin.

Entre forêt et « bocage », notre jardin fourmille de vie, de visiteurs de toutes espèces qui vont et viennent à travers les rideaux d’aubépines, de charmilles, de berbéris, d’aulnes, de lierre, de mûriers…

Et pour prendre modèle sur le génie ancestral de la haie, nous avons créé une haie à l’intérieur du jardin. En demi-cercle autour du vieux pommier, elle délimite le territoire du potager par un mélange assez échevelé d’hydrangeas variés, de mauves arbustives, de pivoines et d’herbes sauvages.

Demain l’azur

Le ciel est « bas et lourd ». Le couvercle a explosé. Les éléments se déchaînent, le ruisseau est devenu torrent… et les agapanthes annoncent déjà le retour de l’azur.

The Hidden Life of Vegetables

Je rêve d’un potager « à l’anglaise ». Un potager paysager, en courbes et en reliefs, mêlant les fleurs et les légumes, des plates-bandes et des pyramides couvertes de cucurbitacées variées, de fleurs d’artichauts perchées sur leurs longues tiges… John, tout British qu’il est, a une vision plus « carrée » du potager. Voici le récit à deux voix de ce Kitchen Garden créé au pied des grands arbres de la forêt : « La vie cachée des légumes », titre qui dénonce une flagrante injustice…

Regular readers of articles in this blog could be forgiven for thinking that all we have in the garden are flowers, shrubs and trees plus whatever wildlife encroaches on our territory. What hasn’t been shown to date are the vegetable plots presently yielding a rich early harvest of salad, onions, peas, beans and potatoes. Not as pretty as the flower beds it’s true – but attractive in their own way particularly when they conjure up thoughts of tasty home-grown produce.

Au commencement… March 2013
Printemps 2018

Peu à peu le dessin du potager s’est précisé. Au printemps 2018, victoire, une première courbe qui engage à poursuivre la visite du potager par un tour de l’étang. Plus loin, la construction de plates-bandes en gradins habillés d’un tressage de branches de saules, nourris de compost « maison » et de paillages divers. C’est alors que John a réalisé que ce charme planté au milieu du potager n’avait rien à y faire…

Stepping further back by some three years shows the construction phase on the sloping ground using pruned willow branches for the walls surrounding the rectangles. Though they don’t comply fully with the current ‘no-dig, lasagne’ approach they contain a good mix of layers of grass clippings, leaves, cardboard and, best of all, bucketfuls of compost.

Le charme qui faisait de l’ombre aux plates-bandes en gradins a été abattu. Restait la souche. Pas question d’utiliser des produits empoisonnés pour accélérer sa décomposition. On a planté des lonicera nitida (chèvrefeuilles à feuilles de buis) autour de la souche encadrés d’un tressage en hexagone de branches de saules.

So far, so good but a major problem remained – shade. A row of pine trees block the sun for the first hour or two of the morning but they’re too tall and well-established to cut down. No, the real problem was the hornbeam that blocked the afternoon sun and much as we love our trees it just had to go.

And, coming back to the present, it’s clear that the vegetables have benefited from its absence and where it stood a very healthy cluster of Lonicera nitida now acts as a memorial to its passing.

Laquelle est la plus belle ?

Punk capillaire ou punk végétal ? La monarde, toute rebelle et échevelée soit-elle, a tout de même plus de classe. En plus, elle embaume la bergamote et elle fait le bonheur des butineuses. Et on peut la manger ou en faire des tisanes…

Les monardes ‘Cambridge Scarlet’ ont éclos cette nuit et elles nous offriront leur joyeuse floraison durant tout l’été. Et elles se multiplieront, se multiplieront…

Qui a mangé mes sandales ?

En partant à Vittel, je les avais laissées au soleil, sur les marches du perron. A mon retour, trois heures plus tard, et toujours 30°, elles étaient sèches… mais « explosées ». L’une sous l’arche de la glycine, l’autre 25 mètres plus loin sous le pommier de l’Himalaya, et plus une seule lanière. On ne peut pas accuser les chats, bien trop raffinés. C’est alors que John m’a raconté sa « rencontre »…

Lui, sortant de l’atelier, et le renard, assis tranquillement sous le grand hêtre pleureur, curieux sans doute de notre vie de casaniers. Un long regard de plusieurs minutes et le renard a disparu comme il était venu…

https://www.livescience.com/fox-steals-100-shoes.html

Jardinières et jardiniers, mettez vos chaussures et vos gants aux abris. Une rapide recherche sur Internet affiche le Top Ten des renards voleurs de chaussures, de Berlin à Kyoto, de l’Australie à l’Angleterre, certains affichent des butins de plus d’une centaine de chaussures !

Beaucoup finissent entre les quenottes des renardeaux qui ont grand besoin de les aiguiser. Merci au Jardin botanique Jean-Marie Pelt de Nancy d’accueillir ces jolis prédateurs dans sa vallée de rhododendrons (photo d’accueil).

Pavots d’Orient

« La nature a horreur du vide »… Non, ce n’est pas un jardinier qui l’a énoncé, même si le jardinier le constate tous les jours. A l’abri des grands épicéas, le talus du bas du jardin était devenu un fouillis de cotonéasters, de millepertuis, de mahonias et de rosiers buissonnants. Débroussaillage, élagage et arrachage l’automne dernier. Et ce printemps, le terrain était déjà réinvesti.

Les grands pavots d’Orient se sont étalées tout le long des marches de pierre de la rocaille. Leurs grandes corolles de papier de soie qui semblent si fragiles ont résisté aux averses et aux orages et leurs hautes tiges n’ont pas flanché.

Coques des boutons après explosion
Eclosions étalées sur plusieurs semaines

Les énormes fleurs du Papaver Orientale Princesse Victoria Louise  ont un coeur d’étamines noir bleuté et de belles macules sombres à la base des pétales. Et la grande qualité de résister à tout : la sécheresse, la chaleur, le sol pauvre et, si le sol est bien drainé, la pluie et le vent.

Un peu d’espoir ?

La neige à peine fondue, une bergeronnette grise s’est posée devant la maison. D’où vient-elle ? Comment a-t-elle su en prenant la direction de la Forêt de Darney que le printemps était là ? Mystère. L’autre mystère, beaucoup plus inquiétant : où sont ses congénères ?

Pour notre premier printemps dans la forêt, les bergeronnettes grises nous ont offert un festival. Elles étaient partout, sur le ruisseau, sur l’étang, sur la pelouse. Ondulant de leur longue queue (on les appelle aussi « hochequeues » ou « Wagtails »), elles nous ont offert des spectacles d’acrobaties aériennes tout en nous débarrassant de quantités de petits insectes.

Mais depuis cinq ans, la troupe n’a cessé de se réduire. L’été dernier, il ne restait plus qu’un couple de bergeronnettes. Sécheresse ? Pesticides ? Eoliennes ? La bergeronnette qui est arrivée ce 24 février reste désespérément seule. Une compagne serait-elle déjà en train de couver ?

Plus de photos et d’infos https://www.saisons-vives.com/bergeronnette-grise,552.html

Puisque les musées sont fermés…

Puisqu’il est interdit de visiter les musées, allons nous promener dans la forêt (tant que c’est encore autorisé) pour remonter le temps… et comprendre que nos politiques d’attractivité économique ne datent pas d’hier. Départ : entre Vittel et Darney, le village de Relanges, sa magnifique église romane du XIIème siècle ; son Bio Salon, rendez-vous annuel de l’agrobiologie ; son domaine forestier riche en patrimoine historique.

D’étangs en futaies, on découvre soudain, éblouissant dans la belle lumière de l’orée de la forêt, le château de Lichecourt. C’était la demeure de la famille de Thysac, des maîtres-verriers originaires de Bohême, qui fondèrent la verrerie de La Rochère en 1475, la plus ancienne verrerie d’Europe encore en activité.

Dès la fin du moyen-âge, les ducs de Lorraine ont compris les atouts de leur vaste forêt de Darney pour en « développer le territoire ».

Le verre était une production au fort potentiel mais très exigeante en matières premières.

Des ressources en abondance dans la forêt :

le sable, produit par l’érosion du grès,

le bois pour alimenter les fours,

la fougère pour absorber la potasse de la terre et abaisser la température de fusion du verre…

et de l’eau, de l’eau en abondance.

Les ducs font valoir ces atouts naturels et une sorte de « mieux-disant fiscal » auprès de familles de verriers de Bohême. En 1448, la charte des verriers les hisse au rang de « gentilshommes verriers ». Leurs activités ne cesseront de se développer jusqu’au XVIIème siècle avec près de 30 verreries sur le territoire.

Dans la verrerie de La Rochère, on travaille depuis cette époque glorieuse dans la grande tradition du verre pressé et du verre soufflé. On y pérennise la production de grands classiques (les verres aux abeilles inspirés de l’emblème de Napoléon) et on poursuit la création d’éléments d’architecture contemporaine dans la lignée des briques de verre promues par Le Corbusier.

Matin d’hiver

C’est par un beau matin d’hiver en forêt de Darney… L’étang de Chanau est gelé et saupoudré de petits glaçons tombés des arbres et soufflés par le vent. Les petits îlots aménagés pour accueillir d’invisibles oiseaux ont été visités par des curieux assez légers pour ne pas sombrer, assez lourds pour laisser des lézardes dans la glace. Et quelques épaves y restent figées.

La neige et le givre révèlent la beauté des vestiges d’un arbre sacrifié par la canicule du dernier été…

et les talents de constructeurs des castors.