Bleus

Septembre. Dernières journées de chaleur, dernières nuances de fraicheur : les bleus s’effacent peu à peu, les ors et les pourpres vont bientôt enflammer la forêt. Mais le bleu est-il vraiment une couleur froide ? Peut-être sur le nuancier du marchand de couleurs, dans le jardin, c’est plus discutable…

Bleu volubile, bleu triomphant du « Morning Glory », bleu modeste d’une ipomée partie à l’assaut de la gouttière…

Bleu saphir des pépites au coeur de l’hydrangéa ‘Koria’, petites étincelles volées à l’art japonais des jardins…

Bleu d’un été de pluie : bleu du bonheur des agapanthes, épanouies comme en Bretagne ou en Normandie, alors que des hyménocalles , il ne reste qu’une seule rescapée.

Bleu insaisissable pour le photographe : le bleu du ‘Blue Deckle’, bleu candide et intense à la fois…

Bleu anarchique des pérovskias, aux longues tiges incontrôlables. Ce sera le défi de l’an prochain : trouver la position où elles pourront s’épanouir avec un peu plus d’élégance et de tenue…

Improvisations

Une fois passée la déception (les monardes violettes et les lysimaques de Chine ont disparu), reste à admirer l’art des plantes sauvages à créer de l’harmonie. Au bord de l’étang, au milieu d’une petite plate-bande de lysimaques ‘Fire Cracker’ et de crocosmias, elles se sont installées avec une grâce tout instinctive : des iris des marais (aujourd’hui fanés), des eupatoires et, impériale, l’angélique…

« L’angélique doit peut-être son nom au fait que ses fruits possèdent chacun deux ailes très développées, comme celles des anges ou des archanges. Mais pour d’autres, ses vertus auraient été révélées par l’archange Raphaël. L’Antiquité et la Renaissance la parèrent de toutes les vertus, si bien qu’on lui accordait une origine divine, confortant le nom que Linné devait lui attribuer : angélique archangélique.

Dans l’angélique, tout est bon, en particulier les pétioles qui engainent la forte tige cylindrique et creuse. Confits dans du sucre ils constituent les vertes inclusions qui, avec les cerises rouges, sont indissociables de la pâte des cakes. Les fruits et parfois les racines entrent dans les compositions complexes et souvent conservées secrètes de maintes liqueurs. »

Jean-Marie Pelt, « Les épices », Ed. A Fayard, 2002

Beautés d’un jour

Fraîcheur et pluie, le jardin est heureux, mais ça commence à devenir frustrant. Heureusement les hémérocalles sont là pour nous rappeler que c’est l’été. ‘Beauté divine’ ou ‘Amour d’été’ ? Je ne sais plus. J’en avais acheté trois bulbes à la Maison Bourdillon. C’était il y a cinq ans à la fête des plantes de Schoppenwihr près de Colmar.

Depuis, elles se sont bien étalées. Ces « beautés d’un jour » ou « daylilies » ne s’épanouissent que le temps d’une journée, mais la multitude de boutons sur ses différentes ramifications promet une floraison de cinq à six semaines.

Au soleil, c’est encore plus joyeux…

Il en existe de plus florifères encore (et de très très chères) parmi les quelque 75 000 cultivars existants. Elles sont si faciles à vivre, que le temps soit sec ou pluvieux, que je vais étudier de plus près le catalogue de La Pépinière de la Thyle. Leurs sélections et leurs créations passent par toutes les couleurs de la nature, du rose nacré d’ ‘Astrid de la Thyle’ au rouge opulent de la ‘Grèbe huppée’. Peut-être me laisserai-je tenter par la ‘Volupté’…

Cartes postales

Bons baisers à ceux qui se demandent comment on a pu venir « s’enterrer » à la campagne. A ceux qui croient qu’on ne peut pas vivre sans une boulangerie et un bar-tabac au coin de la rue. A ceux qui s’imaginent que nous passons notre vie dans la contemplation de nos fleurs…

…ou à compter les oiseaux (à ce propos, bonne nouvelle : nos bergeronnettes sont deux !)

…ou que nous menons une vie de chat…

…et que nous mourons d’ennui loin de la ville et du bruit…

… à bientôt avec les coulisses de la carte postale.

Petits ‘Nirvana’

Je les ai choisis pour leur beau feuillage noir et leurs fleurs rose violet en forme de fleur d’orchidée. Aussi florifères que mellifères, les dahlias ‘Nirvana’ se révèlent aussi particulièrement résistants à la chaleur et à la sécheresse. Et, bonne surprise l’automne dernier, leurs graines ont germé sur tige dans le bouton à peine fané.

Première expérience de repiquage réussie : de graines en plantules hivernées dans la serre (non chauffée), j’ai planté les petits ‘Nirvana’ en bordure de massif. Et ils ont fleuri, un peu plus pâle et plus rose que l’original, avec un feuillage plus vert que noir mais avec la même belle santé.

‘Nirvana’ labellisé est haut de 1 mètre, sa progéniture n’atteint que 40 cm mais leur croissance n’est peut-être pas finie…