Hiver en rouge et blanc

Difficile, quand on pense à nos voeux pour 2020, de souhaiter une bonne année 2021. Mais elle semble pleine de promesses pour les oiseaux du jardin. Même sous la neige, la fête bat son plein entre les merles, les mésanges et les rouges-gorges. Pas besoin, pour le moment, de les approvisionner en graines et en boules de graisse. Ils trouvent des fruits et des baies à profusion. Et nous nous régalons du spectacle en rouge et blanc.

Baies rouges en panicules du bambou sacré (Nandina domestica) et branches arquées des cotoneasters au-dessus du ruisseau…

…baies rouges de la haie rescapées de la razzia des mésanges, boutons de fleurs de skimmias ‘Rubella’…

…et toujours les petites pommes du Malus Everest et le joli camaïeu de roses et rouges des corymbes des lauriers-tins (Viburnum tinus L.).

Les grappes de fruits du Berberis Koreana (difficile d’imaginer la profusion de fleurs jaunes et parfumées du Berberis au printemps) et les tiges rouges des grappes de la vigne vierge.

Et, déjà, la promesse d’une belle floraison du rhododendron rouge.

Quel est cet arbuste épineux et parfumé ?

Il vient de retrouver un beau feuillage dense à feuilles arrondies, souples et « frangées », ce n’est pas un mahonia. On l’a sévèrement taillé l’été dernier pour se préserver de ses redoutables épines, ce n’est pas un cytise. Le traitement lui a bien réussi car il a poussé dans les hauteurs du vieux lilas (3 mètres) et il s’est couvert de ses grappes de petites fleurs jaunes et parfumées. Mais on ne l’a toujours pas identifié…