Patience, patience…

On les dit faciles à vivre, faciles à cultiver. Juste un peu de patience pour les voir fleurir en octobre, comme des cierges d’argent émergeant des feuilles mortes. Chez nous, il a fallu quatre ans de patience. Plantées à la mi-ombre du grand hêtre sur la pente qui mène à l’étang, elles n’ont donné que quelques feuilles chétives. Replantées il y a deux ans à l’ombre du tilleul en compagnie des astilbes, on les avait oubliées. Mais voilà qu’elles ont enfin fleuri ! Au bout de quatre ans de patience. Cadeau des pluies de l’année sans doute…

Cierge d’argent, Cimicifuga, Actaea matsumurae White Pearl 

Rouges et ors

Passons passons puisque tout passe

Je me retournerai souvent

Les souvenirs sont cors de chasse

Dont meurt le bruit parmi le vent

Guillaume Apollinaire

La plaine des Vosges a déjà pris les couleurs flamboyantes de l’automne. Dans notre jardin placé sous la protection de la forêt, les hêtres et les érables du jardin en sont encore aux premiers ors. Comme un cadre pour les rouges et les pourpres de la vigne vierge…

La tête haute

Cette fois, ils sont venus du Sud. La pluie, encore la pluie, et le vent. Le vent est tiède, la pluie est beaucoup moins douce. Les asters, les anaphalis, les anémones du Japon, toutes les vivaces qui portent haut leurs couleurs d’automne se retrouvent à genoux. Seuls les orpins gardent la tête haute. Mieux : ces succulentes, réputées apprécier la sécheresse, sont plus épanouies et colorées que jamais.

Les Asters novi-belgii ‘Schöne von Dietlikon’ se sont couchées sous la protection du cornouiller de Tartarie qui commence à rougir.

Parmi les asters géants d’automne, les Asters novi-belgii ‘laevis Calliope’, comme les ‘Schöne von Dietlikon’, résistent bien à l’oïdium mais pas au vent mouillé. La plantation d’arbustes coupe-vent a commencé.

Sauvées des eaux…

Brumes

Brumes de septembre

vapeurs matinales

réveils de douceur

Brouillard d’asters…

vaporeux le matin, luxuriants au soleil de midi…

Le calme avant la tempête…

Bleu forêt

Ceci n’est pas une pub pour une estimable marque vosgienne mais un écho au bel article de Tout l’opéra (ou presque) dédié aux notes bleues. Entre Rachmaninov et Miles Davis, Jean-Louis évoque Rimbaud et son sonnet des « Voyelles » :

 « O, suprême Clairon plein des strideurs étranges »

Je n’avais jamais été convaincue par cette association du O et du bleu. Jusqu’à ce silence qui a suivi le « Blues » de Ravel. Silence rompu par le « suprême clairon » du brame, tout près dans la forêt…

Campanules sauvages dans l’ombre du sous-bois

Le magnifique cerf de la photo a bramé sur le blog aux mille oiseaux et animaux des bois Palette de couleurs .

Bleus

Septembre. Dernières journées de chaleur, dernières nuances de fraicheur : les bleus s’effacent peu à peu, les ors et les pourpres vont bientôt enflammer la forêt. Mais le bleu est-il vraiment une couleur froide ? Peut-être sur le nuancier du marchand de couleurs, dans le jardin, c’est plus discutable…

Bleu volubile, bleu triomphant du « Morning Glory », bleu modeste d’une ipomée partie à l’assaut de la gouttière…

Bleu saphir des pépites au coeur de l’hydrangéa ‘Koria’, petites étincelles volées à l’art japonais des jardins…

Bleu d’un été de pluie : bleu du bonheur des agapanthes, épanouies comme en Bretagne ou en Normandie, alors que des hyménocalles , il ne reste qu’une seule rescapée.

Bleu insaisissable pour le photographe : le bleu du ‘Blue Deckle’, bleu candide et intense à la fois…

Bleu anarchique des pérovskias, aux longues tiges incontrôlables. Ce sera le défi de l’an prochain : trouver la position où elles pourront s’épanouir avec un peu plus d’élégance et de tenue…

Improvisations

Une fois passée la déception (les monardes violettes et les lysimaques de Chine ont disparu), reste à admirer l’art des plantes sauvages à créer de l’harmonie. Au bord de l’étang, au milieu d’une petite plate-bande de lysimaques ‘Fire Cracker’ et de crocosmias, elles se sont installées avec une grâce tout instinctive : des iris des marais (aujourd’hui fanés), des eupatoires et, impériale, l’angélique…

« L’angélique doit peut-être son nom au fait que ses fruits possèdent chacun deux ailes très développées, comme celles des anges ou des archanges. Mais pour d’autres, ses vertus auraient été révélées par l’archange Raphaël. L’Antiquité et la Renaissance la parèrent de toutes les vertus, si bien qu’on lui accordait une origine divine, confortant le nom que Linné devait lui attribuer : angélique archangélique.

Dans l’angélique, tout est bon, en particulier les pétioles qui engainent la forte tige cylindrique et creuse. Confits dans du sucre ils constituent les vertes inclusions qui, avec les cerises rouges, sont indissociables de la pâte des cakes. Les fruits et parfois les racines entrent dans les compositions complexes et souvent conservées secrètes de maintes liqueurs. »

Jean-Marie Pelt, « Les épices », Ed. A Fayard, 2002

Le génie de la haie

« L’art de la marqueterie bocagère avait atteint ici un haut degré d’accomplissement. La pierre accueillait la mousse. La mousse arrondissait les angles et protégeait des sociétés de bêtes. Oh ! Comme il eût été salvateur d’opposer une « théorie politique du bocage » aux convulsions du monde. On se serait inspiré du génie de la haie… Elle séparait sans emmurer, délimitait sans opacifier, protégeait sans repousser...

L’air y passait, l’oiseau y nichait, le fruit y poussait. On pouvait la franchir, mais elle arrêtait le glissement de terrain.

A son ombre fleurissait la vie, dans ses entrelacs prospéraient des mondes, derrière sa dentelle se déployaient les parcelles. La méduse du récent globalisme absorbait les bocages. Ce remembrement du théâtre mondial annonçait des temps nouveaux. Ils seraient peut-être heureux mais n’en donnaient pas l’impression. « 

Sylvain Tesson, en marche sur « Les chemins noirs » à l’approche du Cotentin.

Entre forêt et « bocage », notre jardin fourmille de vie, de visiteurs de toutes espèces qui vont et viennent à travers les rideaux d’aubépines, de charmilles, de berbéris, d’aulnes, de lierre, de mûriers…

Et pour prendre modèle sur le génie ancestral de la haie, nous avons créé une haie à l’intérieur du jardin. En demi-cercle autour du vieux pommier, elle délimite le territoire du potager par un mélange assez échevelé d’hydrangeas variés, de mauves arbustives, de pivoines et d’herbes sauvages.

Demain l’azur

Le ciel est « bas et lourd ». Le couvercle a explosé. Les éléments se déchaînent, le ruisseau est devenu torrent… et les agapanthes annoncent déjà le retour de l’azur.

Beautés d’un jour

Fraîcheur et pluie, le jardin est heureux, mais ça commence à devenir frustrant. Heureusement les hémérocalles sont là pour nous rappeler que c’est l’été. ‘Beauté divine’ ou ‘Amour d’été’ ? Je ne sais plus. J’en avais acheté trois bulbes à la Maison Bourdillon. C’était il y a cinq ans à la fête des plantes de Schoppenwihr près de Colmar.

Depuis, elles se sont bien étalées. Ces « beautés d’un jour » ou « daylilies » ne s’épanouissent que le temps d’une journée, mais la multitude de boutons sur ses différentes ramifications promet une floraison de cinq à six semaines.

Au soleil, c’est encore plus joyeux…

Il en existe de plus florifères encore (et de très très chères) parmi les quelque 75 000 cultivars existants. Elles sont si faciles à vivre, que le temps soit sec ou pluvieux, que je vais étudier de plus près le catalogue de La Pépinière de la Thyle. Leurs sélections et leurs créations passent par toutes les couleurs de la nature, du rose nacré d’ ‘Astrid de la Thyle’ au rouge opulent de la ‘Grèbe huppée’. Peut-être me laisserai-je tenter par la ‘Volupté’…