La monarde et l’immortelle

La monarde a le charme de ces beautés échevelées qui donnent des allures libérées aux massifs les plus sages. Mais elle a un grand défaut : elle est sensible à l’oïdium au point que son feuillage peut se flétrir très rapidement laissant la fleur perchée sur une longue tige aux allures d’épouvantail.

Belle surprise cette année : les monardes roses plantées entre l’hydrangéa Annabelle et les immortelles (qui ont pris une envergure inattendue) ont, elles aussi, pris de la hauteur. On ne voit que leurs têtes et on oublie leur feuillage :

Anaphlis margaritacea ‘Neuschnee’ d’où émergent les têtes de monardes ‘Croftway Pink’

Plus accessibles (mais moins protégées) au bord de l’étang, les monardes offrent aussi leur puissant parfum de bergamote. Entre les épis de lysimaques et les senteurs de monardes, les butineuses sont infatigables.

Joyeux mélange de lysimaques cléthroïdes et de monardes roses et violettes (les rouges n’étaient pas invitées).

+ Quelques conseils sur les bienfaits de la monarde de Jean-Claude : https://spotjardinmonsite.com/2017/07/08/la-monarde-rouge/