Des mots pour voir

Pied fuseleux ou claviforme, chapeau cireux ou floconneux, lamelles adnées ou décurrentes… je reste fascinée par la richesse du lexique des mycologues. Une invitation à ouvrir les yeux pour bien nommer. Si le mot nous manque, serait-ce que nous n’avons jamais pris le temps de regarder la beauté de la nature ?

Les Japonais ont un mot pour nommer les rayons du soleil qui se dispersent à travers les feuilles des arbres : « komorebi ».

Ils pratiquent le « Shinrinyoku », le bain de forêt, pour trouver l’harmonie et la santé au contact des arbres. Son importation se traduit évidemment par le mot beaucoup moins poétique de « sylvothérapie ».

Le plus beau, le plus émouvant, le plus sage, « wabi-sabi » : la quête de la beauté dans les imperfections de la vie, dans l’impermanence de la création, le cycle naturel de croissance et de décroissance.

31 Replies to “Des mots pour voir”

      1. Oh, j’espère que la pluie n’aura pas fait trop de dégâts. Dans les Vosges, nous sommes plutôt gâtés (jusqu’à présent) par l’automne, doux et modérément pluvieux. Les arbres ne se déplument pas trop vite… 🍁 Amitiés, Danielle

        Aimé par 1 personne

    1. Merci Malyloup ! Oui, le jardin est immensément beau, tellement que je ne sais quelle vue choisir ni quels mots pour exprimer mes éblouissements. Mais à te lire, toi et nos amis de la nature, je comprends que j’arrive tout de même à partager un peu de ses beautés. Amitiés, Danielle 🍁

      Aimé par 1 personne

  1. Tes mots me charment toujours. Tes photos m’éblouissent. Merci Danielle pour ce « bain » de nature. Tu fais bien d’évoquer le Wabi Sabi, une philosophie qui permet à l’objet de ne pas être complexé s’il n’est pas parfait. Beau et imparfait, ça marche. Amicalement.

    J'aime

  2. J’ai appris le mot « komorebi » il y a quelques semaines et je l’ai trouvé magnifique, l’idée d’un rideau de lumière à travers les feuilles est vraiment poétique. Merci pour ces photos superbes et cette magie des mots qui décrivent ce que nous oublions de voir ! Bonne journée Danielle 🙂

    Aimé par 1 personne

      1. Grâce à une amie qui travaille à la maison de la culture du Japon à Paris et qui était en train de préparer un travail sur le thème de la forêt. Elle m’a parlé de ce mot particulier car elle trouvait le phénomène du « komorebi » extrêmement rare et qu’elle n’en avait observé que deux fois dans sa vie. D’ailleurs moi non plus je n’en ai pas vu souvent.

        J'aime

      2. Oui, elle l’a publié, c’est une brochure qui parait de façon trimestrielle et qui a pour thème cette fois-ci « la forêt ». Ca s’appelle « la lettre de la bibliothèque » et c’est publié par la MCJP… Ca pourrait être une bonne idée que j’en parle un jour même si en général je parle plutôt de livres d’éditeurs … oui, pourquoi pas.

        J'aime

  3. « Wabi-sabi » décrit tellement bien ce que nous cherchons tous dans nos jardins : la beauté dans les imperfections ….l’impermanence …les cycles naturels. Un mot qui peut décrire si simplement une idée qui s’exprime si longuement en français montre une approche totalement différente entre les deux peuples. Le rapport entre les êtres humains et la nature n’est vraiment pas pareil. Merci pour cet article Danielle. Il est superbe et tes photos sont sublimes. Belle journée à toi. Ici il fait beau donc je vais continuer mon wabi-sabi

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, les Japonais sont fascinants. Si impénétrables, à mes yeux du moins, et si doués pour exprimer leur sensibilité quand il s’agit de nature. Si profonds pour faire du « wabi-sabi » une quête. Je m’en vais prendre des nouvelles du tien, amitiés, Danielle

      J'aime

  4. Bonjour Daniele, j’ai été déconnectée de mon compte Yahoo depuis longtemps pour des raisons que j’ignore et Geoff vient juste de m’aider à me reconnecter…et je découvre tout ce que j’ai manqué chez vous! Toutes ces couleurs et cette mélancolie dans ces saisons qui n’en sont plus…On en perd le nord. Mais quel cadeau !

    Aimé par 1 personne

    1. Ah les problèmes de connexion dans les campagnes reculées ! Je connais. Ici, il semble que la parabole satellite n’aime pas le gel car le débit devient terriblement lent. Mais à voir la beauté de la nature, on est vite consolés. J’imagine que le spectacle de l’automne se poursuit encore dans le grand Sud…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s